22
mai
2019

Publication du livre « Les villes reliantes: Favoriser les liens pour humaniser les territoires urbains » (Presses Universitaires de Louvain)

Couv-Villes reliantes

Isolement, montée de l’individualisme, conflits de voisinage, ghettoïsation, sans-abrisme, faible accessibilité aux personnes à mobilité réduite, privatisation des espaces publics, coupures urbaines, déclin du commerce de proximité, manque de nature, dépendance énergétique et alimentaire, pollution de l’air, réchauffement climatique…

Face aux multiples ruptures qui traversent nos villes, nous avons besoin d’une nouvelle vision urbaine : la « ville reliante » (linking city). Un modèle qui place le développement des liens au cœur du projet urbain et qui revisite le concept de ville durable en lui apportant une quatrième dimension : la dimension humaine.

La ville ne doit pas être uniquement équitable : elle doit aussi être inclusive. Augmenter le niveau de vie des habitants ou mélanger les groupes sociaux en un même lieu ne suffit pas pour que les citoyens « fassent partie » de leur ville ou de leur quartier. La ville ne doit pas seulement être vivable mais devenir conviviale. L’être humain est en quête de rencontres, de relations sociales, de vitalité urbaine, de lieux qui émerveillent et qui font sens. Des lieux dans lesquels on se sent bien et auxquels on s’attache affectivement. Enfin, nous ne devons pas seulement rendre la ville viable mais agir pour qu’elle soit prospère à long terme. La ville reliante n’a pas seulement comme but la survie des populations urbaines. Son ambition est d’offrir aux citadins du futur de meilleures conditions de vie.

Au travers d’un ouvrage collectif rassemblant les contributions de nombreuses personnalités de renom, le CEPESS développe l’idée de la ville reliante (ou linking city), un modèle de villes innovant dont l’ambition est de répondre aux défis du 21ème siècle.

Cet ouvrage coordonné par Antoine de Borman et Jeremy Dagnies, est l’aboutissement d’une série de colloques internationaux organisés par le CEPESS de 2015 à 2018 sur les innovations urbaines. Ceux-ci ont réuni pas moins de 70 intervenants et près de 1.000 participants.

Cette initiative est inédite. Jamais un centre d’étude d’un parti politique n’a mené une réflexion aussi aboutie sur l’avenir des tissus urbains pour se doter d’une vision en la matière.

Avec les contributions d’Hélène Ancion (Inter-Environnement Wallonie), Mohamed Benzerzour (Franck Boutté Consultants), Vincent Callebaut (Vincent Callebaut Architecture), Bernard Capelle (Landscape Design Partnership), Jeremy Dagnies (CEPESS; Université catholique de Louvain); Antoine de Borman (CEPESS; CityDev); Isabelle Delannoy (Economie symbiotique; Do Green), Vincent Delwiche (Agora; Esch-Belval) Bruno de Veth (Julien De Smedt Architects), Elise Geisler (Ecole des Paysages d’Angers), Jan Gehl (Gehl Architects), Jean Haëntjens (Urbatopie), Yves Hanin (Université catholique de Louvain), Haissam Jijakli (Université de Liège), Valérie Lebois (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture), David Mangin (SEURA), Thierry Paquot (Philosophe), Salvador Rueda (Agence de l’Ecologie Urbaine de Barcelone), Luc Schuiten (Architecte), Agis Tsouros (Organisation Mondiale de la Santé), Frank Vanden Bulcke (Agence de Transport de la ville de Gand), Cor van der Klauw (Province de Groningen, Pays-Bas), Pierre Vanderstraeten (Université catholique de Louvain), Paola Viganò (Studio Paola Viganò; EPFL de Lausanne; IUAV de Venise) et Juliette Walckiers (Inter-Environnement Wallonie).

Pour commander le livre en ligne: https://pul.uclouvain.be/book/?GCOI=29303100480680

You may also like

UN LIVRE BLANC POUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DES RÉACTEURS AUX ACTEURS !
La qualité du travail du Cepess reconnue par L’Echo
Pour une refondation des politiques d’asile et de migration
JOBS JOBS JOBS… LA CROISSANCE BELGE EST-ELLE PORTEUSE D’EMPLOI ? – Analyse