19
oct
2016

Colloque international sur la ville de demain – 2ème édition – 30/11 – Louvain-la-Neuve

LINKING CITIES, l’avenir des villes au 21ème siècle !

Colloque international sur la ville de demain 2ème édition
avec Bruno DE VETH (JDS Architects)
et Vincent CALLEBAUT
Mercredi 30 novembre 2016 de 9h à 16h30 Louvain-la-Neuve

 

Le CEPESS a le plaisir de vous inviter à la 2ème édition de son colloque international sur la ville de demain intitulé cette année « LINKING CITIES, l’avenir des villes au 21ème siècle ! »

Quel modèle de ville peut répondre aux grands défis actuels et futurs ? Le CEPESS, centre d’études du cdH, met en avant un nouveau concept, celui des LINKING CITIES ou VILLES RELIANTES.

Comment concevoir les espaces publics et l’habitat pour tisser des liens entre les êtres humains? Vélo, marche, covoiturage, transports collectifs… Vers une mobilité reliée et reliante? Plus de liens entre quartiers, est-ce possible?

Quelles innovations dans l’agriculture urbaine et dans la production d’énergie pour que la nature soit un véritable partenaire de la ville? Comment le patrimoine, les paysages, l’esthétique et les ambiances urbaines peuvent créer du lien affectif (ancrage local, identité…) entre le citoyen et la ville ou le quartier? La participation est-elle génératrice de liens? Lesquels?

A l’aide de nombreux experts belges et étrangers, nous débattrons des enjeux,  des innovations et des bonnes pratiques internationales pour concrétiser la LINKING CITY.

Ils interviendront durant la journée d’étude :

Bruno DE VETH (associé du célèbre bureau Julien DE SMEDT Archi., multiples récompenses internationales dont le premier prix du MIPIM et le World Architecture Festival Award) ■ Vincent CALLEBAUT (architecte mondialement connu, auteur de « Paris 2050: les cités fertiles face aux enjeux du XXIe siècle », lauréat du International Architecture Award du Chicago Athenaeum) ■ Frédéric HERAN (Université de Lille, auteur de « Le retour de la bicyclette » et « La ville morcelée » ) ■ Cor VAN DER KLAAUW (Responsable ‘Mobilité’ de la ville de Groningen, la ville la plus cycliste d’Europe) ■ Haïssam JIJAKLI (Professeur à l’Université de Liège, spécialiste de l’agriculture urbaine) ■  Damien VANNESTE (Enseignant-chercheur à l’Université Catholique de Lille et à l’UCL, auteur d’une vaste étude européenne sur l’habitat groupé ou coopératif) ■ Xavier TACKOEN (Directeur du bureau d’études ‘Espaces Mobilités’) ■ Isabelle PAUTHIER (Directrice de l’Atelier de Recherche et d’Action Urbaines – ARAU) ■ Hélène ANCION (Conseillère « Aménagement du territoire » d’InterEnvironnement Wallonie) ■ Michaël PLUIJGERS (Vice-Président du GRACQ, le mouvement des « Cyclistes Quotidiens ») ■ Jean-Patrick SCHEEPERS (Directeur du bureau d’études ‘Urban Farm Company’, spécialisé dans les projets d’agriculture urbaine) ■ Bernard CAPELLE (Designer, directeur du bureau ‘Landscape Design’, Secrétaire général d’IFLA EUROPE – International Federation of Landscape Architects) ■ Francis CARNOY (Directeur-Général de la Confédération Construction Wallonie) ■ Valérie LEBOIS (Professeure à l’Ecole Nationale d’Architecture de Strasbourg, spécialiste des espaces intermédiaires où se croisent l’espace public et l’espace privé) ■ Sabri BENDIMÉRAD (Architecte et Professeur à l’Ecole Nationale d’Architecture de Normandie, spécialiste de l’habitat individuel dense ou mixte) ■ Noémie LAGO (Chargée de cours à l’Université de Mons, spécialisée dans l’analyse du vécu sensoriel des usagers par rapport aux ambiances urbaines) ■ Yves HANIN (Professeur à l’UCL, directeur du CREAT, CPDT, référence en matière d’aménagement du territoire et d’urbanisme) ■ Baptiste BOULIER (Porte-parole d’URBAGORA, association liégeoise souhaitant promouvoir le débat public sur les enjeux relatifs à l’urbanisme, à la mobilité et à l’aménagement du territoire) ■ François-Olivier DEVAUX (Coordinateur du Réseau Transition/Villes en transition, le mouvement lancé par Rob HOPKINS et qui a inspiré le film « Demain ») ■ Marc FRERE (Professeur à l’Université de Mons, Président de l’Institut ENERGIE qui étudie les microréseaux et réseaux de chaleur urbains) ■ Sylvain DESPLANQUES (Chargé de projet au FLOW, le Centre Eurorégional des Cultures Urbaines de Lille, a mené un projet-pilote de street-art collaboratif) ■ Benoît LUTGEN (Président du cdH, Député-Bourgmestre de Bastogne) ■ Carlo DI ANTONIO (Ministre wallon de l’Aménagement du territoire, de la Mobilité et de l’Environnement)

dinpro-ban-colloque-linking-city

Où? Hôtel IBIS Styles Meeting Center, Boulevard de Lauzelle 61, 1348 à Louvain-la-Neuve ■ Nombre de places limité ■ Inscription au plus tard le 25 novembre 2016 via lachlan@cepess.be ■ PAF: 50 euros * ■ Pour de plus amples informations : www.cepess.be ■ 02/238.01.43

 * Catering et documentation compris ■ Gratuit pour les étudiants, les demandeurs d’emploi et les pensionnés ■ Versement avec la communication «colloque linking cities + Nom(s) et prénom(s) » sur BE93-7995-0639-5067

Télécharger le SAVE THE DATE au format PDF

 

23
sept
2016

Colloque « ENTREPRENDRE ! Tous entrepreneurs de la nouvelle économie » avec Eric DOMB (Pairi Daiza)

ENTREPRENDRE !
Tous entrepreneurs de la nouvelle économie

Lundi 24 octobre 2016 de 17h à 20h – Liège

Keynote speaker : Eric DOMB : Pairi Daiza, Fondation FREE

Comment promouvoir une éducation entrepreneuriale pour une société épanouissante, innovante et créative ? Comment octroyer la possibilité à chaque entrepreneur potentiel de lancer et tester son projet ? A l’heure où de plus en plus de chefs d’entreprise sont proches de la retraite, comment soutenir la transmission et la reprise d’entreprises par de jeunes repreneurs ?

17h00 – 17h15          Accueil

17h15 – 17h30          Introduction par Benoît Lutgen, Président du cdH

17h30 – 17h50          « Ma vision d’une société entreprenante » par Eric Domb, Pairi Daiza, Fondation FREE

17h50 – 19h50          Panel d’invités et échanges avec le public en 3 parties :

• Partie 1 – Comment promouvoir une éducation entrepreneuriale pour une société épanouissante, innovante et créative ?

• Partie 2 – Comment octroyer la possibilité à chaque entrepreneur potentiel de lancer et tester son projet ?

• Partie 3 – A l’heure où de plus en plus de chefs d’entreprise sont proches de la retraite, comment soutenir la transmission et la reprise d’entreprises par de jeunes repreneurs ?

En présence de :

  • Grégoire de Streel, Fondateur Skynet/Keytrade Bank, Belcube
  • Patrick Sapy, CEO de Microstart
  • Laurence Lievens, Step2you
  • Laurent Eschenauer, Cofondateur et CEO de Fleye
  • Bruno Wattenberg, Fondateur et CEO d’Impulse
  • Anne-Catherine Trinon, CEO de ACT*

19h50 – 20h00          Conclusions par Marie-Dominique Simonet, Députée wallonne

20h                                 Drink convivial

 

Adresse du jour : Design station, rue du paradis, 78 – 4000 Liège
Entrée gratuite – Inscription obligatoire avant le 20 octobre 2016 via lachlan@cepess.be
Plus d’informations : www.cepess.belachlan@cepess.be – 02/238.01.43

 

22
sept
2016

La définition des métiers pénibles reste discriminatoire envers les femmes – Carte blanche

Par Catherine Fonck (Cheffe de groupe cdH au Parlement fédéral), Claude Rollin (Député européen), Dorothée Klein (Présidente des Femmes cdH), Donatienne Portugaels (Vice-présidente des Femmes cdH), Sabine Malric-Smith (Conseillère au CEPESS)

Carte blanche publiée dans Le Soir du 15 septembre 2016, page 24, www.lesoir.be

La définition des « métiers lourds » s’applique essentiellement aux métiers physiques et masculins. Or, dans une série de métiers, notamment dans le secteur des soins, les femmes optent, surtout à partir d’un certain âge, pour des temps partiels. Tout simplement parce qu’elles ne tiennent plus le coup.

Les hommes exerceraient-ils des « métiers lourds » et les femmes, des métiers… légers ? Seulement… 8,5 % des travailleurs indemnisés pour incapacité permanente suite à une maladie professionnelle dans le secteur privé sont des femmes. Discriminatoire, dénoncent les femmes CDH qui demandent une approche équilibrée de la pénibilité au travail.

Définir des critères objectifs

Les syndicats et les patrons ont repris les discussions au sein de la Commission « Pénibilité ».

Pour « modérer » les effets du report de l’âge de la pension à 67 ans, le gouvernement fédéral a chargé les partenaires sociaux de définir des critères objectifs pour une liste révisable de métiers lourds.

Au niveau du gouvernement wallon, le ministre de la Fonction publique a été mandaté, au même moment, pour négocier avec les syndicats une réduction du temps de travail pour les fonctionnaires de plus de 60 ans qui exercent un métier pénible.

Une reconnaissance discriminatoire

Nous demandons une approche équilibrée de la pénibilité du travail, qui tienne compte de la dimension du sexe : selon le Conseil de l’égalité des chances entre hommes et femmes, la reconnaissance actuelle des métiers lourds et des maladies professionnelles est discriminatoire envers les femmes.

En effet, la définition des « métiers lourds » s’applique essentiellement aux métiers physiques et masculins. Les exemples retenus, dans un rapport de la Confédération européenne des syndicats, sont les chauffeurs de bus, les travailleurs des centres de distribution, des fonderies, de la transformation de la viande…

Bref, la pénibilité ne correspondrait pas aux secteurs avec sur représentation de femmes : les employé(e)(s) du nettoyage, les caissières, les métiers des soins aux personnes, etc.

Dans le secteur privé, la notion de « métier lourd » est définie en fonction de critères liés à la répartition du temps de travail (travail en équipes successives, en services interrompus ou avec des prestations de nuit). Contrairement à d’autres réglementations (Finlande, Pologne), notre législation ne fait pas référence à des critères de charge psychique.

À côté de la charge psychosociale, les femmes CDH demandent que l’accumulation de conditions inadaptées au bien-être entre en ligne de compte : le cas typique pourrait être celui de la travailleuse dans un grand magasin qui éprouve des difficultés physiques liées au soulèvement régulier de petites charges (en cas de tendinite, par exemple), la précarité de la situation de travail (contrats courts, intérim…), des difficultés psychosociales dues au type de travail, etc.

Selon une étude de la KULeuven, le critère de « qualité » a permis de regrouper le travail en 7 niveaux, de « travail de qualité » à « travail indécent ».

Il apparaît que les femmes sont surreprésentées dans 3 catégories de travail mal cotées : le travail à perspectives de carrière limitées (60 % de femmes), le travail exigeant émotionnellement (60 %) et le travail indécent (55 %).

Une analyse déséquilibrée

L’analyse des maladies professionnelles se révèle aussi déséquilibrée. Selon le site du Fonds des maladies professionnelles, il y a 6 groupes dans la liste définie : maladies causées par des agents chimiques, de la peau, pulmonaires, infectieuses, causées par des agents physiques, autres.

En outre, d’autres maladies peuvent être reconnues sous certaines conditions. C’est le système dit de la « liste ouverte » : la victime doit prouver que la cause directe et déterminante de sa maladie est liée à son travail. Or, que constate-t-on ? Selon un rapport du Conseil de l’égalité des chances entre hommes et femmes et du chercheur Laurent Vogel (2011), l’importante sous-représentation des femmes « ne semble pas être justifiée par des circonstances objectives concernant leurs conditions de travail ».

La liste des maladies reconnues correspond à nouveau davantage à des emplois masculins dans des industries traditionnelles qu’à la réalité du travail contemporain. Quelques chiffres (2012) : 8,5 % des travailleurs indemnisés dans le secteur privé pour incapacité permanente sont des femmes ; pour le système « ouvert », le taux monte à 32 % de femmes indemnisées. Bref, les systèmes de protection sociale ont été créés à une époque où le modèle était celui de l’homme qui travaille et de la femme qui vient en appoint.

Les femmes ont depuis investi massivement le marché du travail. Nous demandons une nouvelle objectivation des critères de reconnaissance. Même si toutes les fonctions ne peuvent entrer dans une liste de métiers lourds, la future classification doit tenir compte des réalités spécifiques vécues en fonction du sexe.

cb-metiers-femmes