12
mai
2015

INVESTIR, POUR QUOI FAIRE ? AU-DELÀ DU PLAN JUNCKER – ETUDE DU CEPESS

couverture plan junckerL’Europe souffre d’un déficit d’investissement. Depuis la crise financière de 2008, l’Europe est confrontée à une crise de sous-investissement qui pénalise lourdement le potentiel de croissance sur le moyen et le long terme. Alors qu’au cours des dernières années, la priorité a été accordée à la réduction des déficits publics et une diminution de l’endettement, la nouvelle équipe de la Commission européenne (CE) a mis haut dans l’agenda européen le renforcement de l’investissement au travers d’un plan d’investissement à hauteur de 315 milliards d’euros. D’un trait, elle a ainsi dépassé le discours Européen dominant basé sur la rigueur budgétaire et a allié le plan d’investissement à la possibilité d’appliquer avec plus de flexibilité les règles budgétaires européennes.

Ce plan d’investissement est une bonne idée pour pallier au manque d’investissement en Europe. Toutefois, se concentrer sur la seule relance des investissements ne suffit pas. Il nous faut une plus grande ambition, un élan pour l’Europe. Nous proposons de mettre en place une Stratégie d’envergure qui a pour objectif de situer l’économie européenne à la pointe d’un nouveau type de développement porteur d’une meilleure qualité de vie pour tous.

Cette Stratégie s’appuie sur trois piliers : les investissements, l’innovation – à travers en particulier l’éducation et la recherche – et la régulation du marché intérieur. Ces trois piliers doivent en effet jouer de concert : la relance des investissements dans des secteurs-clés doit s’appuyer sur une politique forte d’innovation, sur une plus grande harmonisation et régulation au niveau européen. Nous avons identifié trois secteurs stratégiques : l’économie numérique, le transport et l’énergie. Faire émerger l’Europe comme leader dans ces secteurs-clés est donc un enjeu essentiel tant pour l’avenir de l’économie que pour la qualité de vie des citoyens européens.

Enfin, il convient que l’ensemble des instruments européens naviguent dans le même sens, en ce qui concerne la politique monétaire et commerciale mais surtout au niveau de la coordination budgétaire européenne.

Par Eugénia Bardaro

Télécharger la publication

You may also like

Publication du livre « Les villes reliantes: Favoriser les liens pour humaniser les territoires urbains » (Presses Universitaires de Louvain)
La qualité du travail du Cepess reconnue par L’Echo
Pour une refondation des politiques d’asile et de migration
JOBS JOBS JOBS… LA CROISSANCE BELGE EST-ELLE PORTEUSE D’EMPLOI ? – Analyse